Avec Arlette MINSILI et AFP

Un accident de la route impliquant deux bus a fait, selon un bilan provisoire, au moins 40 morts et 85 blessés dimanche près de Kaffrine, une ville située à environ 250 km au sud-est de Dakar, au Sénégal. Le président Macky Sall a décrété un deuil national de trois jours.

C’est l’accident le plus meurtrier de ces dernières années au Sénégal. Au moins 40 personnes ont été tuées et 85 blessées lors d’une collision entre deux bus, a indiqué le gouvernement, dimanche 8 janvier. Le président sénégalais, Macky Sall, a décrété un deuil national de trois jours.

L’accident a eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche, à 3 h 15 locales (1 h 15 GMT), près de la ville de Kaffrine, à environ 250 km au sud-est de la capitale Dakar, selon un communiqué de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers.

Selon un communiqué du gouvernement, la collision frontale a fait selon un nouveau bilan provisoire, « 40 morts, 36 blessés graves et 49 blessés légers ». Un précédent bilan des pompiers et du parquet faisait état de 38 morts. 

Deux bus sont entrés en collision à hauteur de la localité de Sikolo, dans la région de #kaffrine, faisant au moins 38 morts et une centaine de blessés #PressAfrik#Sénégal#accident #kebetu pic.twitter.com/omUt1XXHyi— Salif Sakhanokho (@salifsakhanokho) January 8, 2023

« Suite au grave accident de ce jour à Gniby ayant causé 40 morts, j’ai décidé d’un deuil national de trois jours à compter du 9 janvier », a tweeté le président du Sénégal Macky Sall. Il était attendu sur place dans l’après-midi, tout comme le Premier ministre et plusieurs membres du gouvernement.

Un besoin de « mesures fermes sur la sécurité routière »

Un conseil interministériel se tiendra lundi pour « la prise de mesures fermes sur la sécurité routière et le transport public des voyageurs », a précisé le chef de l’État.

Suite au grave accident de ce jour à Gniby ayant causé 40 morts, j’ai décidé d’un deuil national de 3 jours à compter du 9 janvier. Un conseil interministériel se tiendra à la même date pour la prise de mesures fermes sur la sécurité routière et le transport public des voyageurs.— Macky Sall (@Macky_Sall) January 8, 2023

Le procureur de la République de Kaolack a donné des précisions sur la cause du drame : « Selon les premiers éléments de l’enquête (…), un bus affecté au transport public de voyageurs, à la suite de l’éclatement d’un pneu, a quitté sa trajectoire avant de heurter frontalement un autre bus venant en sens inverse ».

Les victimes ont été transportées à l’hôpital de Kaffrine, les carcasses des bus dégagées et la voie de nouveau ouverte à la circulation, selon les pompiers.

Le principal opposant sénégalais, Ousmane Sonko, candidat à l’élection présidentielle de 2024, a indiqué sur Twitter reporter une opération de levée de fonds en raison de l’accident et appelé les autorités à « accorder une attention prioritaire » à l’insécurité routière, un « fléau aux conséquences humaines, sociales et économiques désastreuses pour le pays ».

Nous nous sommes réveillés meurtris par la triste nouvelle d’un accident de la circulation, impliquant deux bus de transport public à hauteur de Kaffrine, ayant occasionné un bilan provisoire de 40 pertes en vies humaines et des dizaines de blessés graves. pic.twitter.com/JAtiSigo4y— Ousmane Sonko (@SonkoOfficiel) January 8, 2023

L’Afrique endeuillée par des accidents fréquents

Les accidents de bus sont fréquents en Afrique, en raison du mauvais entretien des véhicules, de routes en mauvais état mais aussi d’erreurs de conduite, de nombreux automobilistes étant détenteurs de permis achetés auprès d’inspecteurs corrompus, sans avoir jamais fréquenté d’auto-école.

Vingt-et-une personnes ont ainsi été tuées samedi soir en Afrique de l’Est dans un accident de bus à la frontière entre le Kenya et l’Ouganda, a indiqué dimanche la police ougandaise. La majorité des personnes décédées sont de nationalité kényane, mais il y a aussi huit Ougandais. Selon la police, 49 personnes ont été blessées.

Selon les premiers éléments de l’enquête, le chauffeur aurait perdu le contrôle du véhicule en raison d’une vitesse excessive. 

Le gouvernement ougandais prépare de nouvelles mesures pour améliorer la sécurité routière après une hausse des accidents mortels pendant la période des fêtes de fin d’année. Selon la police ougandaise, 104 accidents de la route ont été enregistrés en seulement trois jours, du 30 décembre au 1er janvier, faisant 35 morts et 114 blessés.

La semaine dernière, au moins 14 personnes ont été tuées en Côte d’Ivoire et 73 blessées dans une collision entre deux autocars à Yamoussoukro et 18 personnes sont mortes dans une collision entre deux véhicules dans le nord du Nigeria.

Avec AFP

Leave A Reply