Avec Arlette MINSILI et AFP

Lors de son traditionnel message de Noël, dimanche, le pape François a appelé à la paix devant des milliers de personnes rassemblées place Saint-Pierre à Rome.

Le pape François a appelé dimanche 25 décembre à « faire taire les armes » en Ukraine, en proie à une « guerre insensée », lors de son traditionnel message de Noël au Vatican au cours duquel il a de nouveau évoqué la « troisième guerre mondiale ».

Samedi soir, quelque 7 000 personnes avaient assisté à la traditionnelle messe de la nuit de Noël présidée par le pape dans la basilique Saint-Pierre, selon le Vatican.

« Les vents de la guerre continuent à souffler le froid sur l’humanité »

Devant des milliers de fidèles massés sur la place Saint-Pierre de Rome, dont certains agitaient des drapeaux ukrainiens, le pape s’est attardé sur le conflit en Ukraine : « Que notre regard se remplisse des visages de nos frères et sœurs ukrainiens qui vivent ce Noël dans l’obscurité, dans le froid ou loin de chez eux, à cause des destructions causées par dix mois de guerre », a-t-il déclaré.

« Que le Seigneur nous rende prêts à des gestes concrets de solidarité pour aider ceux qui souffrent, et qu’il éclaire l’esprit de ceux qui ont le pouvoir de faire taire les armes et de mettre fin immédiatement à cette guerre insensée ! », a déclaré le souverain pontife, qui plaide inlassablement pour la paix depuis l’invasion du pays par Moscou en février.

« Malheureusement, on préfère écouter d’autres arguments dictés par les logiques du monde », a regretté le chef spirituel de l’Église catholique, constatant « avec tristesse que les vents de la guerre continuent à souffler le froid sur l’humanité ».

Tour d’horizon des conflits dans le monde

Avant de prononcer la bénédiction « Urbi et Orbi » (« à la ville et au monde »), le pape s’est livré comme à son habitude à un tour d’horizon des conflits dans le monde, citant dix pays touchés par les violences ou les tensions, qu’il a décrits comme des « théâtres de cette troisième guerre mondiale ».

Parmi eux, l’Afghanistan, le conflit israélo-palestinien, le Yémen, la Syrie, le Myanmar, mais aussi le Liban en proie à une crise économique et sociale inédite et Haïti, où plus de 1 400 personnes ont été tuées dans les violences cette année selon l’ONU.

Pour la première fois, le pape a cité l’Iran, touché par une vague de contestation sans précédent depuis la Révolution islamique de 1979. Nées de revendications sur les droits des femmes, les manifestations ont provoqué l’arrestation d’environ 14 000 personnes depuis mi-septembre, d’après l’ONU, et 469 manifestants ont été tués, estime l’organisation Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo.

>> À lire aussi : Mort de Mahsa Amini : retour sur trois mois de manifestations et de répression en Iran

Il a également exhorté à ne pas utiliser la nourriture « comme une arme », en référence notamment aux conflits qui touchent la corne de l’Afrique.

« Toute guerre provoque la faim et utilise la nourriture elle-même comme une arme, en empêchant sa distribution à des populations qui souffrent déjà », a déploré le jésuite argentin, invitant à s’engager « pour que la nourriture ne soit qu’un instrument de paix. »

Avec AFP

Leave A Reply