Christophe BOISBOUVIER
|Marc PERELMAN

Moïse Katumbi, président du parti « Ensemble pour la République », a accordé un entretien exclusif à France 24 et RFI. Dénonçant le bilan du président Félix Tshisekedi, l’ancien gouverneur annonce, vendredi, sa candidature aux élections prévues en RD Congo en décembre 2023, déclarant avoir « dit au revoir à l’Union sacrée ». Il assure avoir « une expertise », promet de « trouver des solutions pour son pays », et de « reconstruire l’armée », tandis qu’est maintenu l’état de siège décrété en Ituri et au Nord-Kivu en mai 2021. 

Interrogé sur les violences et les exactions qui se poursuivent dans l’est du pays en dépit des tentatives de médiation, Moïse Katumbi a estimé que la République démocratique du Congo pouvait s’enorgueillir d’une très « bonne armée », au demeurant « démotivée », appelant à augmenter les salaires des militaires.

Tandis que l’échéance des élections – prévues par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) pour le 20 décembre 2023 – est jugée intenable par la plupart des observateurs internationaux, Moïse Katumbi a dit espérer que la CENI sera à la hauteur, rappelant qu’il « reste une année » pour organiser la tenue de « bonne élections ».

Leave A Reply