Par Alain SAMOBO I le courrier du cameroun I

Les responsables de la santé ont pris conscience du sida au cours de l’été 1981. Dans les années 1980, un diagnostic de sida était considéré comme un « arrêt de mort », mais grâce aux progrès des sciences médicales, il est désormais largement possible pour les patients séropositifs de vivre en bonne santé. Mais les derniers chiffres des Nations unies (ONU) indiquent que les enfants séropositifs ne reçoivent pas l’attention nécessaire.

« Le monde continue de laisser tomber les enfants dans la lutte contre le sida. Les nouvelles infections au VIH chez les enfants sont évitables et pourtant 160 000 enfants ont été nouvellement infectés en 2021 », déclare Fodé Simaga, directeur de la pratique mondiale « Science, systèmes et services pour tous » de l’ONUSIDA.

Selon l’ONU, plus de 84,2 millions de personnes ont été infectées par le VIH depuis le début de l’épidémie et plus de 40 millions de personnes sont mortes de maladies liées au sida.

Par rapport aux débuts de l’épidémie, les médicaments antirétroviraux sont désormais largement disponibles, mais les progrès ne sont pas uniformes. Selon les Nations unies, si 76 % des adultes recevaient des antirétroviraux en 2021, seuls 52 % des enfants (de 0 à 14 ans) avaient accès au traitement.

Leave A Reply