Par Wilfried EWANE

L’auteure du roman à succès « les impatientes » publié le 4 septembre 2020 aux éditions Emmanuelle Collas avait reçu le prix Goncourt des lycéens cette même année.

Militante féministe et écrivaine camerounaise née en 1975 à Maroua, Djaïli Amadou Amal est le fruit d’une union entre un père camerounais et une mère égyptienne.

Envoyée en mariage alors qu’elle était âgée de 17 ans seulement, elle réussit 5 ans plus tard soit en 1998 à quitter son époux d’alors, après une vie de couple mouvementée : « Dans tout ce que je fais, j’essaie surtout de parler des discriminations faites aux femmes ; c’est mon cheval de bataille ! », avait déclaré l’autrice. 10 ans plus tard, elle quitta son second époux pour violences conjugales. Installée à Yaoundé, Djaïli Amadou Amal trouva un travail grâce à son BTS en gestion; vendit ses bijoux… acheta un ordinateur, une table, une chaise et se mit à écrire.

Sous sa plume, paraîtront ainsi :« Walaande, l’art de partager un mari », en 2010 chez Proximité et « Mistiriijo », la mangeuse d’âmes, sorti trois ans plus tard.

Après avoir reçu sa distinction lundi dernier, Djaïli Amadou Amal a rendu un vibrant hommage aux femmes: » C’est avec beaucoup de fierté et gratitude que j’ai reçu ce jour au cours de la cérémonie solennelle tenue dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne à Paris, les insignes du Doctorat Honoris Causa, «en hommage à mon parcours et pour la contribution éminente de mes œuvres aux arts et aux lettres, notamment en faveur de la francophonie et de la cause des femmes.» et plus loin: « J’ai dédié cette prestigieuse distinction à toutes les femmes du monde, et en particulier à celles victimes de discriminations et violences dues à leur genre.« 

L’ambassadeur du Cameroun en France André Magnus Ekoumou a pris part à cet événement.

Leave A Reply