Avec AFP

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a fait état vendredi d’une cinquantaine d’agressions physiques en lien avec la campagne des élections législatives et d’une trentaine d’interpellations. 

Quelque “51 candidats, suppléants ou militants” ont été “agressés physiquement” durant la campagne des élections législatives, a annoncé, vendredi 5 juillet, Gérald Darmanin sur BFMTV. 

“Cette campagne est courte – moins de trois semaines – et pourtant, nous comptons déjà 51 candidats, suppléants ou militants qui ont été agressés physiquement, sans compter les agressions verbales”, a fait savoir le ministre de l’Intérieur.

Durant cette campagne menée dans “une France à vif”, “plus d’une trentaine d’interpellations” ont été effectuées par les forces de l’ordre, a-t-il précisé.

“Il y a eu des agressions de tous les côtés. C’est très partagé”, a-t-il poursuivi, en précisant que “les agresseurs ont des profils extrêmement variés”.

Un total de 30 000 policiers et gendarmes, dont 5 000 à Paris et sa banlieue, seront mobilisés dimanche pour que les résultats du second tour du scrutin “soient respectés quels qu’ils soient”, et le temps qu’il faudrait. “S’il faut tenir deux, trois jours de plus, nous le ferons,” a-t-il indiqué.

Avec AFP

Leave A Reply