Avec AFP

Le trafic sera fortement perturbé dans les transports parisiens jeudi, en raison d’une journée de grève à la RATP, à laquelle s’est ajouté un appel de la CGT à la mobilisation interprofessionnelle. Du côté des métros, seules les lignes entièrement automatisées fonctionneront normalement mais avec un risque de saturation.

Presque aucun métro ne roulera à Paris, jeudi 10 novembre, en raison d’une grève à l’appel de l’ensemble des syndicats de la RATP qui s’annonce très suivie, tandis que d’autres secteurs, invités à cesser le travail par la seule CGT, devraient connaître une mobilisation plus modeste.

Seules les lignes entièrement automatisées 1 et 14 rouleront normalement, mais avec un “risque de saturation”. Cinq lignes seront entièrement fermées (2, 8, 10, 11 et 12), les autres ne roulant qu’aux heures de pointe, avec un service fortement dégradé.

La RATP invite tous ceux qui le peuvent à rester chez eux en télétravail. La situation ne sera pas meilleure sur le RER A où un train sur trois circulera en moyenne. Sur le RER B, la fréquence sera de un train sur deux.

À la SNCF en revanche, le mouvement soutenu par la seule CGT-Cheminots s’annonce bien moins suivi. Le trafic sera normal sur les TGV et légèrement perturbé sur les Intercités, à la veille d’un weekend prolongé.

Sur les lignes TER, neuf trains sur dix circuleront en moyenne et, en Île-de-France, quelques perturbations sont à prévoir sur certaines lignes du Transilien.

L’ensemble des syndicats (CGT, FO, Unsa, Solidaires) de la RATP ont appelé de longue date à la mobilisation pour demander des hausses de salaire et une amélioration des conditions de travail.

Les retraites en toile de fond

La RATP, comme les autres entreprises du secteur des transports, souffre d’un sous-effectif chronique à cause de difficultés de recrutement et subit une explosion de l’absentéisme, notamment sur son réseau de bus.

Les ressources humaines seront “le premier sujet sur la table” après sa prise de fonction, a d’ailleurs insisté Jean Castex lors de son audition mardi devant le Sénat. Il a promis l’ouverture de négociations sur les salaires “dès décembre 2022, c’est-à-dire demain”.

Les agents RATP ont bénéficié d’une hausse moyenne de 5,2 % des rémunérations cette année, selon la direction.

Autre motif de mobilisation: la future réforme des retraites avec un report possible de l’âge légal de départ et la fin des régimes spéciaux, avance une source proche de la direction.

Il s’agit de “montrer que si on veut mobiliser, on sait mobiliser”, a affirmé mercredi Frédéric Souillot, secrétaire général de FO, dressant un parallèle avec la journée du 13 septembre 2019 qui avait précédé la grande mobilisation contre la réforme des retraites de l’hiver 2019-2020.

Frédéric Souillot doit se rendre au côté des grévistes de la RATP à 09 h 30. FO, deuxième syndicat de la régie, est majoritaire chez les conducteurs de métro.

Il ne participera en revanche pas à la manifestation qui démarrera en début d’après-midi de République, direction Opéra, qui s’inscrit dans le cadre d’une journée de mobilisation nationale et interprofessionnelle à l’appel de la seule CGT décidée récemment.

FO, qui s’était associée à la journée de mobilisation du 18 octobre, au plus fort du mouvement dans les raffineries, pour protester contre les réquisitions, a choisi cette fois-ci de ne pas s’associer à la CGT, de même que FSU et Solidaires.

Philippe Martinez à Nîmes

La précédente journée à l’appel de la seule CGT, le 27 octobre, en pleines vacances scolaires, avait peu mobilisé: la police avait recensé 14 000 manifestants en province et 1 360 à Paris. La CGT n’avait pas donné de chiffre.

Mercredi, Frédéric Souillot a fustigé la multiplication des journées de manifestation “saute-mouton”, estimant que cette stratégie “non seulement c’est contre-productif, deuxièmement ça fait peu bouger les choses, troisièmement ça use les troupes”.

Interrogé par l’AFP lundi, la secrétaire confédérale de la CGT Céline Verzeletti se montrait confiante, disant s’attendre à “150 à 200” lieux de manifestation et à une mobilisation au moins équivalente à celle du 18 octobre. Il y avait alors eu 107 000 manifestants selon la police (300 000 selon le syndicat).

Les autorités parient sur 40 à 50 000 manifestants au niveau national, et “moins de 5 000 à Paris”.

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, ne sera pas à Paris, ayant fait le choix de défiler à Nîmes où il est en déplacement dans le cadre des élections professionnelles dans la fonction publique.

Leave A Reply